VELOPHONIE DE A à Z

PRESENTATION DE VÉLOPHONIE :

Vélophonie est une association internationale, basée à Bordeaux en France, ayant pour objet la promotion et la défense de la culture vélo francophone au sein du territoire bordelais et à l’étranger, cela en langue française.

Elle propose aussi une tribune internationale à l’ensemble des acteurs du vélo (élus, techniciens et associatifs) et leur donne la possibilité d’évoluer en réseau et de mutualiser leurs connaissances. Elle participe, en langue française, à l’amélioration de la coopération technique et culturelle internationale en matière de culture vélo, et contribue à la valorisation du territoire bordelais et de ses acteurs en particulier dans son caractère cyclable.

–> Pour mieux nous connaître : consulter notre plaquette de présentation avec nos valeurs.

ACTIONS ET PRESTATIONS :

L’association a élaboré diverses expositions nomades : « Bordeaux, destination vélo », « La diversité des cultures vélo en Europe » et anime plusieurs réseaux sociaux sur la thématique vélo : blogs, pages Facebook, compte Twitter.

Par ailleurs, nous avons réalisés de nombreuses prestations pour de multiples partenaires : organisation et accueil de visite du territoire bordelais pour des délégations, intervention en conférences sur les thèmes de la mobilité et de la Francophonie, animation de débats vélo ou littéraires, veille documentaire, appui marketing, rédaction d’articles, participation à divers colloques et congrès…

Enfin, nous sommes présents et menons divers travaux lors de chaque congrès annuel international Vélo-City.

Vous avez un projet, vous souhaitez faire appel à notre expertise, vous voulez accueillir une de nos expositions, n’hésitez pas à nous contacter.

–> Pour mieux nous connaître : consulter nos références et derniers rapports d’activités.

 

ASPECT RÉGLEMENTAIRE :

Vélophonie est une association à but non lucratif régie par la loi française du 1er Juillet 1901. Elle a été déclarée en Préfecture de la Gironde le 17 décembre 2009 (publication au Journal Officiel du 9 janvier 2010). Son siège social est situé à 58 rue de Macau – Boite 418 – 33 000 Bordeaux – France.

–> Pour mieux nous connaître : consulter nos statuts, déclaration en préfecture et répertoire SIRET.

 

POURQUOI LE VÉLO ?

Le vélo est un objet simple, connu de tous et dans le monde entier. Acteur majeur d’une mobilité durable, il se retrouve au cœur des enjeux de nos sociétés du XXIème siècle : santé publique, économie, développement durable, précarité énergétique, urbanisme, cohésion sociale, mobilité pour tous.

Ce mode de transport de personnes et de marchandises possède de nombreux atouts : rapide, agréable, convivial, peu couteux, bénéfique pour la santé, non polluant, silencieux. D’ici 2050, 70 % des habitants de la planète seront des urbains. Si l’avenir est résolument au vélo, paradoxalement, celui-ci n’est pas encore représentatif dans les déplacements urbains. En pacifiant les villes, le vélo représente une source importante d’amélioration du cadre de vie en ville.

Dans sa pratique sportive, c’est un formidable fédérateur qui regroupe toutes les générations et tous les niveaux de pratiques allant du simple amateur aux grands champions internationaux du Tour de France. Dans sa pratique comme loisirs, il est idéal pour découvrir le patrimoine d’un territoire : histoire, paysages, art, architecture et gastronomie.

De par son universalité et son caractère intrinsèquement démocratique, le vélo symbolise à la fois la liberté et la modernité. C’est un sujet qui ne laisse jamais indifférent, positivement ou négativement. Il suscite la curiosité et permet de tisser des liens rapides entre les humains et entre les peuples.

LA CULTURE VÉLO :

C’est un ensemble original de politiques, de techniques d’aménagement et de pratiques cyclables spécifiques à un territoire et à des acteurs donnés.

Actuellement, le vélo connait un regain d’intérêt dans les pays occidentaux alors qu’il régresse dans certains pays en voie de développement au profit de l’automobile et des deux roues motorisés. Par ailleurs, chaque population s’approprie à sa façon ce moyen de déplacement en fonction de ses modes de vie, ses systèmes de valeurs, ses traditions et croyances.

Liens vers les principales fédérations vélo francophones :

FRANCE

BELGIQUE

SUISSE

CANADA

Qu’est ce que la Francophonie ?

Le terme francophonie est apparu pour la première fois vers 1880, lorsqu’un géographe français, Onesime Reclus, l’utilise pour désigner l’ensemble des personnes et des pays parlant le français.

On parle désormais de francophonie avec un « f » minuscule pour désigner les 220 millions de locuteurs de français répartis sur les cinq continents (source : Observatoire de la langue française – 2010) et de Francophonie avec un « F » majuscule pour figurer le dispositif institutionnel voué à promouvoir la langue française et les relations de coopération entre les 77 États et gouvernements membres ou observateurs de l’Organisation Internationale de la Francophonie.

La Francophonie représente 890 millions d’hommes et de femmes ayant la langue française en partage répartis sur les 5 continents. Vélophonie souhaite valoriser cette particularité linguistique de diverses manières :

1 – PRÉSENTER UNE FRANCOPHONIE CONFIANTE, OUVERTE ET ENGAGÉE :

  • Encourager la coopération et le partage des connaissances entre les peuples francophones,
  • Renforcer l’animation et l’information,
  • Développer un sentiment d’appartenance des francophones à une communauté de destins liée à une langue internationale riche, diversifiée et toujours dynamique,
  • Soutenir le développement économique, social et culturel des acteurs du vélo.

2 – DÉMONTRER LE DÉVELOPPEMENT DES TECHNOLOGIES NUMÉRIQUES FRANCOPHONES :

  • Encourager l’essor d’une culture et d’un savoir-faire dématérialisés dans le domaine du vélo,
  • Produire et diffuser des contenus francophones grâce aux technologies numériques.

3 – LA FRANCOPHONIE, TOUT UN MONDE DE RÉSEAU :

Les populations de l’espace francophone doivent tirer profit des potentialités offertes par les nouvelles technologies de l’information et de la communication – NTIC – pour créer des communautés d’apprentissage et d’entraide. Grâce aux spécificités qu’offre la langue française, on peut multiplier les réseaux et les échanges sectoriels sur la vaste thématique du vélo : économie verte, déplacement des jeunes, travail, culture et science par exemple.

Liens vers les principales institutions francophones:

MIEUX NOUS CONNAITRE

Nous vous invitons à consulter et télécharger ces divers documents. Bonne lecture.

L’ASSOCIATION VELOPHONIE:

LES RAPPORTS D’ACTIVITÉS DE VELOPHONIE:

LES PIÈCES OFFICIELLES DE VELOPHONIE:

LA GENÈSE DE VELOPHONIE

Constats de départ :

Il existe une culture vélo anglo-saxonne internationale de grande qualité. De ce fait, nombre de documents, méthodes, films, rapports, études, recherches, congrès et avancées en matière de développement cyclable se font en langue anglaise.  Cette culture vélo anglophone, sans exclure pour autant d’autres cultures vélo, n’est pas toujours transposable aux pays du Sud, ni adaptable aux pays latins. Également, toutes les populations francophones ne maîtrisent pas la langue anglaise, et en particulier le vocabulaire technique spécifique au domaine du vélo.

  • Mise en réseau insuffisante ?
  • Manque d’échanges de connaissances entre les acteurs ?
  • Manque de moyens financiers, techniques ou humains ?

Les questionnements sont multiples face au manque de structuration comme de rayonnement d’une culture vélo en langue française pourtant toute aussi riche que son homologue anglaise.

 

Les structures internationales agissant en faveur de la Francophonie telles que l’Organisation Internationale de la Francophonie – OIF et l’Association Internationale des Maires Francophones – AIMF ont mis en place depuis de nombreuses années des programmes d’échanges Nord / Sud.  L’association VÉLOPHONIE, loin de juger ces travaux, a fait le constat suivant après recherches et rencontres des membres de ces structures :

=> L’approche vélo pourrait s’avérer très innovante pour l’OIF et l’AIMF, en particulier dans des domaines :

  • de l’urbanisme,
  • des déplacements,
  • du développement durable.

 

Actuellement, les Nouvelles Technologies de l’Information et de la CommunicationNTIC connaissent un essor sans précédant de par le monde. Les acteurs du vélo francophone sont encore faiblement utilisateurs de ces outils, comparés à leurs homologues anglophones. Ce constat est regrettable, du fait du caractère particulièrement novateurs des NTIC, supports d’échanges de connaissances démocratiques et rapides entre les pays et communautés.

Problématique :

« L’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication pourrait avoir un triple impact sur la culture vélo francophone : créer une dynamique internationale de transfert de connaissances sans précédant ; constituer à terme un véritable réseau international ; conférer aux villes cyclables francophones un caractère durable ».

 

L’association mise en place par des bordelais s’est donc créée à partir de cette problématique en incluant bien sur la mise en valeur du territoire cyclable bordelais ainsi qu’une réelle ouverture du vélo vers d’autres disciplines. A suivre…

LE LEXIQUE DE VELOPHONIE

(classement effectué par ordre alphabétique)

Acteur du vélo :

Toute personne œuvrant en faveur du vélo, mais également des structures publiques ou privées. Ex : collectivités locales, bureaux d’études, centres de recherche, étudiants, chercheurs, associations vélo, sociétés de transport public ou élus favorisant l’usage du vélo.

 

Culture vélo :

Ensemble original de politiques, techniques d’aménagement et pratiques cyclables spécifiques à un territoire et des acteurs donnés.

 

Francophonie :

Notion inventée en 1880 par le géographe Onésime RECLUS pour désigner l’ensemble des populations parlant français. Aujourd’hui, la Francophonie se décompose en deux éléments distincts et complémentaires : d’une part toute forme d’action de promotion et de défense de la langue française, quel que soit le pays dans lequel elles s’inscrivent ; et d’autre part l’organisme multilatéral appelé Organisation Internationale de la Francophonie – OIF. Cette structure regroupe les 77 Etats ayant choisi de souscrire aux engagements de la Charte de la Francophonie. Le français est la langue maternelle d’environ 80 millions de personnes, auxquelles il faut ajouter 100 millions de personnes ayant appris le français en seconde langue et qui sont capables de le parler. Enfin, on évalue à plus de 280 millions le nombre de personnes pouvant utiliser occasionnellement la langue française de par le monde.

 

Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication – NTIC :

La définition de ce concept varie sensiblement selon l’organisme, le pays, voire les acteurs qui utilisent ces techniques. Les NTIC (ou TIC) sont par exemple : les e-mails, messageries instantanées type MSN, SMS, MMS, site internet, photo et vidéo numériques, blog ou visioconférence par exemple. Selon l’OCDE, les TIC comprennent toutes les activités qui permettent de produire, traiter et transformer l’information et la communication en utilisant un procédé électronique. En conséquence, le secteur des NTIC rassemble les entreprises qui contribuent à produire et/ou distribuer ces technologies, ainsi que celles qui proposent des services facilitant leur mise en oeuvre par les citoyens ou les organisations.

 

Vélo :

Le vélo est ici considéré dans son acceptation la plus large : mode de déplacement à part entière, instrument de loisir ou de tourisme, instrument de pratique sportive et de compétition.

 

Ville cyclable durable :

Portion de territoire où l’espace marquée par la présence du vélo du fait de multiples aménagements et pratiques cyclables comme par exemple : pistes et bandes cyclables, stationnements, signalétique. Plusieurs critères permettent de définir une ville cyclable, comme par exemple la part modale des déplacements à vélo : moins de 5% pour les villes françaises ; au-delà de 50% pour les villes danoises ou hollandaises. Egalement, une ville cyclable durable se définit par la capacité à durer dans l’espace et dans le temps de ces aménagements et pratiques cyclables.